Table des matières

  1. Les questions
    1. Un monde qui change
    2. Un monde en rupture
    3. Un monde en colère
    4. Un monde qui connaît actuellement un bond
    5. Un nouveau Nouveau Monde
    6. Les questions
    7. En attendant ?
    8. La bibliographie
  2. L'information
    1. Pourquoi ?
    2. L’information
    3. Un être informivore
    4. Les passages
    5. Sa complexité
    6. Sa dématérialisation
    7. Le « Big data »
    8. Information = énergie
    9. L’information comme outil de contrôle du réel
    10. L’information comme prise de décision
    11. L’information comme outil politique
    12. Les questions
    13. La bibliographie
  3. Le numérique
    1. Pourquoi ?
    2. La société numérique
    3. La logique des intelligences
    4. Le trou de mémoire
    5. L’approche « smart »
    6. Le Long data
    7. L’interactivité grand public
    8. Les passages
    9. Les empires numériques
    10. Les moteurs de recherche
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  4. L'Internet
    1. Pourquoi
    2. Un nouvel Internet
    3. Pour le meilleur ou le pire
    4. Le rôle d’Internet
    5. Les trois étapes de son développement
    6. Ses passages
    7. L’évolution des contenus
    8. L’impact d’Internet sur la société
    9. L’Internet 2
    10. Les forces en présence
    11. Les quatre Web
    12. Une génération « smart »
    13. Les empires numériques
    14. Après le Cloud
    15. Les technologies de surveillance
    16. L’Internet des objets (IoT)
    17. Les robots
    18. L’espace
    19. Les questions
    20. La bibliographie
  5. La communication
    1. Une communication citoyenne
    2. Pourquoi ?
    3. Son fonctionnement
    4. La langue
    5. Un modèle médiatique économique
    6. La lecture d’une image-écran
    7. Une économie de l’attention
    8. La communication dans le passé
    9. La communication à l’ère de la société de la connaissance
    10. Les passages
    11. Une communication mobile (nomade)
    12. L’interface 3D
    13. Les questions
    14. La bibliographie
  6. La culture de l'image-écran
    1. Pourquoi ?
    2. Les cultures de l’écrit et de l’image-écran
    3. La civilisation de l’image
    4. De l’écrit à l’image-écran et au 3D
    5. La multiplication des images-écran
    6. L’écran du téléviseur
    7. L’écran de l’ordinateur
    8. L’écran du mobile
    9. Les nouvelles écritures médiatiques
    10. La schématique
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  7. La société de la connaissance
    1. Pourquoi ?
    2. Une société de l’information
    3. Quel est notre avenir, avec Google ?
    4. Les prochains « Maîtres du monde »
    5. Les passages
    6. Les forces de changement
    7. La culture
    8. Les éléments qui ont provoqué la rupture
    9. Ses trois structures
    10. Ses cycles
    11. Les cinq crises
    12. Des architectures
    13. Des crises fonctionnant comme un jeu de domino
    14. Ses rouages
    15. Le modèle économique actuel
    16. La Net economy
    17. Une économie de la sécurité ?
    18. La société civile
    19. Un modèle économique de proximité sociale
    20. Les questions
    21. La bibliographie
  8. Le citoyen
    1. Pourquoi ?
    2. Un être solitaire
    3. Un être en mutation
    4. Les immigrants et les natifs
    5. Les passages
    6. L’identité numérique
    7. La prise de parole citoyenne
    8. La révolution feutrée
    9. Les compétences « smart » (ou la littératie numérique)
    10. Les réseaux sociaux
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  9. La ville intelligente
    1. Pourquoi ?
    2. Intelligent = smart
    3. La ville intelligente
    4. La maison intelligente
    5. La poussée actuelle
    6. Les nouveaux espaces de connectivité
    7. La citoyenneté numérique
    8. Les applications
    9. La communication narrowcasting
    10. La prise de parole
    11. Les outils d’animation citoyenne
    12. La démocratie participative
    13. La bibliographie
  10. Un modèle de société
    1. Pourquoi ?
    2. À la recherche d’un bien-être
    3. L’interprétation du modèle
    4. La réorganisation sociétale actuelle
    5. Préparer l’avenir
    6. Des concepts qui sont anciens
    7. La bibliographie
Table des matières
Appendices

Michel Cartier

Version 2 : Janvier 2016

Nous n’avons pas encore compris que nous,
citoyens de cette planète, sommes engagés
dans un tourbillon de mutations pour lesquelles
nos dirigeants actuels ne sont pas préparés.
Voici une « vision » de ce que deviendra
probablement notre société.

Vers une nouvelle société

Nous venons de frapper un mur : nous venons de basculer d’une société industrielle vers une autre qui sera postindustrielle :

Mur-0-1

 

Il n’est pas minuit moins cinq, nous avons dépassé minuit. C’est fait !
Nous basculons :

    1. D’une économie néo-libérale

      vers une Net Economy.

    2. D’une culture axée sur l’écrit

      vers une culture des images-écrans
      interactives.

    3. D’un Internet comme système d’information

      vers un Internet devenant
      un système d’intervention.

    4. D’une génération de Digital immigrants

      vers des Digital natives.

Nous allons vivre dans un monde postaméricain, postInternet, post néolibéral et postmoderne.

Nos mutations

Chaque société est remise en question (de Washington, en passant par Londres et Paris jusqu’au Vatican). Notre société change parce qu’elle vit simultanément plusieurs mutations à la fois :

      1. La disparition de la confiance
        Les élections présidentielles américaines de 2016 marquent le début de la fin de l’empire américain. Mais, elles révèlent surtout la disparition de la confiance des citoyens, partout sur la planète, envers leurs classes politiques, en particulier des jeunes générations.
      2. Les crises
        Notre société fait face à cinq crises simultanées : économique, écologique, énergétique, géopolitique et générationnelle (chapitre 9, no 1).

        Pour la première fois de l’histoire, TOUS les citoyens de la planète sont concernés ; nous sommes tous engagés dans une course entre la catastrophe et l’éducation.

      3. Les trois dimensions
        Autrefois, la société industrielle possédait deux dimensions (l’espace et le temps), aujourd’hui notre nouvelle société en possède trois : l’espace, le temps et l’information.

        Malheureusement, nos dirigeants ont déifié l’informatique au lieu de l’information qui est pourtant le moteur principal de notre développement.

        Notre société est dorénavant bloquée (COP21, ONU, Cycle de Doha, islamophobie, isolationnisme, etc.). L’absence de décision actuelle va exacerber encore plus les violences que l’ont commence à subir actuellement.

      4. IL n’y a pas UNE économie, mais quatre
        • L’économie officielle (celle du PIB) ;
        • l’économie virtuelle (celle qui chevauche l’Internet) ;
        • l’économie mafieuse (le travail au noir, etc. ) ;
        • l’économie pirate (le blanchiment de l’argent, la pornographie, la vente des armes, etc.).

        En situation de crise, les économies mafieuse et pirate deviennent plus importantes que l’économie officielle, d’où les stratégies actuelles erronées, nos dirigeants ne savent plus de quoi ils parlent.

      5. Le nouveau modèle économique
        Les caractéristiques de la Net economy commencent a apparaître : ce sera une économie à la carte qui ne reposera plus sur des marchés physiques, mais sur une architecture plutôt briques&clics, et ce sera une économie de l’échange où le client louera plus souvent qu’il achètera (chapitre 6, no 16).

        Rongé par la financiarisation, le modèle néolibéral a fait faillite en 2008 parce qu’il plaçait la richesse financière comme seul indice d’une vie réussie (chapitre 6, no 15). Il laisse en héritage : la disparition de la confiance envers les dirigeants. des écarts flagrants de richesse (1 % de la population), une classe moyenne complètement bloquée et une rage qui a conduit Donald Trump à la présidence des É.-U.

      6. Le contrôle de la planète par les financiers
        Les entreprises privées informatiques (très petites avant 1995) sont maintenant devenues de grandes entreprises internationales de services qui veulent contrôler la planète (BigFour, GAFA, Frightful Five, etc.). Leur principal objectif est d’offrir éventuellement à tous les citoyens un panier d’achats personnel en réseau. C’était le but lors de l’acceptation du protocole par le G7 en 1995 : créer un Internet marché planétaire hors taxe.

        Le pouvoir politique est désormais entre les mains de ces grandes corporations internationales qui règnent sur le monde grâce à leur capitalisation outrancière et à leur contrôle mondial des médias de masse qu’elles ont internetisés.

        Autrefois, le paysage médiatique était essentiel au bon fonctionnement de la démocratie. Aujourd’hui, il est devenu un business perverti par le pouvoir de l’argent, c’est-à-dire par les intérêts des entreprises propriétaires.

      7. L’Internet, un outil de contrôle
        Internet n’est plus un simple réseau d’information, il devient un réseau d’intervention. C’est un outil d’influence, donc de contrôle autant sociopolitique qu’économique.

        Nous utilisons en ce moment l’Internet 2 (clouds, niches, géolocalisation, etc.) et nous développons le 3, celui des services (objets intelligents, architecture quantique, blockchain, réalités virtuelles, etc.). Ce dernier sera un Internet banalisé, c’est-à-dire installé partout, donc quasi invisible, mais essentiel aux activités quotidiennes (base du futur panier électronique d’achats personnels).

      8. Un cheval de Troie
        Les entreprises privées, comme YouTube, Facebook ou Twitter, etc. a qui nous confions nos mémoires individuelles et collectives, sont en fait des chevaux de Troie culturels et économiques qui ne pensent qu’a faire d’énormes profits avec les informations que nous leur confions. Nous devenons de plus en plus prisonniers de leur culture algorithmique biaisée.
      9. La balkanisation d’Internet
        Pour des raisons politiques, l’Internet va éventuellement se fragmenter en quatre territoires géographiques : Américain, Chinois (c’est déjà commencé), Russe et Européen (chapitre 3, no 2). Aujourd’hui, les utilisateurs acceptent peut-être d’utiliser une technologie unique, mais ils refusent une culture unique.
      10. L’énergie que possède l’opinion
        Dorénavant, l’information circule de moins en moins sous une forme écrite et de plus en plus via un flot quotidien d’images-écrans (téléviseur, ordinateur et mobile) qui modifie nos façons collectives de penser et de décider. Ce monde, tapissé d’images-écrans, carbure beaucoup plus aux émotions qu’à la raison, d’où la montée des violences actuelles.

        Durant l’ère industrielle, l’information était une donnée, maintenant elle est souvent convertie en opinion. Celle-ci possède une énergie que le citoyen peut utiliser pour remettre en cause la légitimité de ses classes politiques auxquelles il n’a plus confiance (chapitre 1, no 8).

        La révolution des réseaux sociaux a fait éclater à la fois le mythe d’un tissu social unique et celui de l’importance des médias de masse.

      11. Un monde manipulé
        Les informations sont manipulées par des algorithmes appartenant aux grandes entreprises qu’elles utilisent pour vendre leurs produits.

        Nous vivons dans un monde constamment manipulé (demi-vérités, rumeurs, opinions, etc.). C’est un monde post-factuel où un mensonge est trop vite remplacé puis amplifié par les réseaux sociaux I.

      12. Un citoyen atomisé
        Le simple citoyen est noyé par un courant de personnalisation mass-médiatique qui l’atomise et le paralyse ; le courant de personnalisation (d’individualisme) le déculture, c’est-à-dire qu’il déstructure leur personnalisé.

        La première génération des réseaux sociaux est trop narcissique pour qu’elle soit utilisée pour changer la société parce qu’elle est trop centrée sur le JE et non sur le NOUS (chapitre 7, no 1). Notre futur dépend de nos actions collectives et non pas individuelles.

        Insensible aux programmes d’espionnage, le citoyen laisse faire et accepte de vivre dans une démocratie amoindrie (autocensure, diminution de la circulation des idées, disparition de la présomption d’innocence, etc.) (chapitre 3, no 15).

Ainsi, notre univers pourrait reposer sur un modèle culturel et économique unique gangrené par des algorithmes biaisés et une technologie rongée par les hackers. Notre société est en danger parce que nous ne développons qu’une société internetisée.

Actuellement, ce cul-de-sac porte plusieurs noms  : 6e Extinction, 3e Guerre mondiale, 4e Révolution industrielle, 3e Âge de la Machine, Septième feu (Autochtones d’Amérique du Nord), 9e vague (en Chine), etc.

Leonard Cohen, qui « sentait » les grands changements en cours,
n’était pas pessimiste, il disait :

There’s a crack in everything,
that’s how the light gets in.

Est-ce la fin d’un monde ?

Oui et non ! En ce moment nous assistons à la fin de l’ère industrielle :

Bond-A-Intro-1

… mais nous vivons simultanément le démarrage d’un Nouveau Monde :

Bond-B-Intro-1

Nous devons changer nos façons de penser

Dans le passé, toutes ces mutations nous ont obligé a changer plusieurs fois nos façons de penser. Notre monde industriel devient postindustriel en plusieurs étapes :

Evolut-Intro-1

Un nouveau type de société émerge : la société de la connaissance. Ce n’est pas la 4e Révolution industrielle annoncée, ce sera plutôt la 1ere Révolution postindustrielle.

It has become appalling clear that
our technology has surpassed our humanity.

Albert Einstein

Le temps nous est compté

La courbe ci-dessous illustre la rencontre entre la quantité de données mises en circulation aujourd’hui et ses utilisateurs. Cette courbe apparait dans tous les chapitres du site car c’est cette même courbe qui illustre la plupart des problèmes de notre planète : l’endettement des États et des familles, l’écart entre les riches et les pauvres, les coûts de la vie, la pollution de nos environnements, la diminution de la biodiversité et de l’eau, donc de la nourriture, etc.

Implosion-0-1

Repères

Autre exemple, en biologie, de la courbe de l’évolution du crâne humain :

Cervo-intro

Plusieurs langues

Nous avons interviewé des gens et lu des dossiers dans cinq langues afin d’offrir cette synthèse :

      1. AE : l’anglais utilisé aux États-Unis.
      2. AA : l’anglais d’Angleterre.
      3. TI : la langue spécialisée des spécialistes des TI.
      4. FQ : le français du Québec.
      5. FF : le français de France.

Intro-1

La logique du site

Ce site est organisé selon une certaine logique :

      1. L’information est au centre des analyses;
      2. puis elle est numérisée ;
      3. pour être diffusée ensuite sur Internet ;
      4. et communiquée :
      5. sous la forme d’images-écrans ;
        etc.

Le tout est organisé sur le modèle des poupées russes (matriochkas) :

Il ne peut exister de pratique humaine sans un système d’idées.

Louis Althusser, Sur la philosophie

Le passage de l’ère industrielle
à l’ère postindustrielle

Nous venons de vivre une série de bonds technologiques (voir ci-dessous) qui ont servi de supports au développement de nouvelles pratiques humaines. Cette période de transition nous oblige maintenant a chercher de nouveaux modèles de fonctionnement pour notre nouvelle société. Cette transition va susciter un nouvel âge de la pensée :

muta-intro-1

Les outils du futur
Les spécialistes parlent de néotechnologies, de Desruptive technologies, de 3e Age de la Machine, etc :

muta-b-0-1

Any believable prediction will be wrong,
any correct prediction will be unbelievable.

Kevin Kelly

Si nous ne changeons pas de comportements, notre société pourrait imploser vers 2020.

Oui, un nouveau modèle de société existe, voir le dernier chapitre.

Est-ce que la personne qui lit ces lignes aura le courage de passer le message à d’autres ?

plantu

logo