Table des matières

  1. Les questions
    1. Un monde qui change
    2. Un monde en rupture
    3. Un monde en colère
    4. Un monde qui connaît actuellement un bond
    5. Un nouveau Nouveau Monde
    6. Les questions
    7. En attendant ?
    8. La bibliographie
  2. L'information
    1. Pourquoi ?
    2. L’information
    3. Un être informivore
    4. Les passages
    5. Sa complexité
    6. Sa dématérialisation
    7. Le « Big data »
    8. Information = énergie
    9. L’information comme outil de contrôle du réel
    10. L’information comme prise de décision
    11. L’information comme outil politique
    12. Les questions
    13. La bibliographie
  3. Le numérique
    1. Pourquoi ?
    2. La société numérique
    3. La logique des intelligences
    4. Le trou de mémoire
    5. L’approche « smart »
    6. Le Long data
    7. L’interactivité grand public
    8. Les passages
    9. Les empires numériques
    10. Les moteurs de recherche
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  4. L'Internet
    1. Pourquoi
    2. Un nouvel Internet
    3. Pour le meilleur ou le pire
    4. Le rôle d’Internet
    5. Les trois étapes de son développement
    6. Ses passages
    7. L’évolution des contenus
    8. L’impact d’Internet sur la société
    9. L’Internet 2
    10. Les forces en présence
    11. Les quatre Web
    12. Une génération « smart »
    13. Les empires numériques
    14. Après le Cloud
    15. Les technologies de surveillance
    16. L’Internet des objets (IoT)
    17. Les robots
    18. L’espace
    19. Les questions
    20. La bibliographie
  5. La communication
    1. Une communication citoyenne
    2. Pourquoi ?
    3. Son fonctionnement
    4. La langue
    5. Un modèle médiatique économique
    6. La lecture d’une image-écran
    7. Une économie de l’attention
    8. La communication dans le passé
    9. La communication à l’ère de la société de la connaissance
    10. Les passages
    11. Une communication mobile (nomade)
    12. L’interface 3D
    13. Les questions
    14. La bibliographie
  6. La culture de l'image-écran
    1. Pourquoi ?
    2. Les cultures de l’écrit et de l’image-écran
    3. La civilisation de l’image
    4. De l’écrit à l’image-écran et au 3D
    5. La multiplication des images-écran
    6. L’écran du téléviseur
    7. L’écran de l’ordinateur
    8. L’écran du mobile
    9. Les nouvelles écritures médiatiques
    10. La schématique
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  7. La société de la connaissance
    1. Pourquoi ?
    2. Une société de l’information
    3. Quel est notre avenir, avec Google ?
    4. Les prochains « Maîtres du monde »
    5. Les passages
    6. Les forces de changement
    7. La culture
    8. Les éléments qui ont provoqué la rupture
    9. Ses trois structures
    10. Ses cycles
    11. Les cinq crises
    12. Des architectures
    13. Des crises fonctionnant comme un jeu de domino
    14. Ses rouages
    15. Le modèle économique actuel
    16. La Net economy
    17. Une économie de la sécurité ?
    18. La société civile
    19. Un modèle économique de proximité sociale
    20. Les questions
    21. La bibliographie
  8. Le citoyen
    1. Pourquoi ?
    2. Un être solitaire
    3. Un être en mutation
    4. Les immigrants et les natifs
    5. Les passages
    6. L’identité numérique
    7. La prise de parole citoyenne
    8. La révolution feutrée
    9. Les compétences « smart » (ou la littératie numérique)
    10. Les réseaux sociaux
    11. Les questions
    12. La bibliographie
  9. La ville intelligente
    1. Pourquoi ?
    2. Intelligent = smart
    3. La ville intelligente
    4. La maison intelligente
    5. La poussée actuelle
    6. Les nouveaux espaces de connectivité
    7. La citoyenneté numérique
    8. Les applications
    9. La communication narrowcasting
    10. La prise de parole
    11. Les outils d’animation citoyenne
    12. La démocratie participative
    13. La bibliographie
  10. Un modèle de société
    1. Pourquoi ?
    2. À la recherche d’un bien-être
    3. L’interprétation du modèle
    4. La réorganisation sociétale actuelle
    5. Préparer l’avenir
    6. Des concepts qui sont anciens
    7. La bibliographie
Table des matières
Appendices

Esquisse d’un plan numérique

Un projet de livre blanc proposé par des acteurs du milieu
au gouvernement du Québec

(Ce texte n’est qu’une esquisse ; il est surtout destiné
à susciter un démarrage de réflexion)

Sur le Web :

Conférence PowerPoint : NouveauMonde2.com
Pour plus d’information : 21siecle.quebec
Institut de Gouvernance numérique : www.ignumerique.org

Pourquoi

Actuellement, le citoyen est inquiet. Il sent bien que les « choses » ne vont pas bien et l’écoute de la télévision ne fait que confirmer ses intuitions. S’il a cinquante ans et plus, il ne comprend plus les générations montantes, tandis que les jeunes ne parlent qu’aux jeunes.Le citoyen sait que, comme d’habitude, c’est lui qui fera les frais des sacrifices que les pouvoirs publics veulent imposer.

Aujourd’hui, les gens sont individuellement en quête de sens et c’est la raison pour laquelle les crises vont encore perdurer durant plusieurs années, parce que les réponses ne pourront qu’être préparées collectivement. C’est pour cela qu’une vingtaine de pays et autant de grandes villes préparent des plans numériques, parce qu’ils utiliseront Internet comme moyen de communication et le numérique comme technologie de traitement de l’information.

Au Québec, tous les plans numériques ont été systématiquement tablettés, du rapport Berlinguet, en 1995, jusqu’au dernier, le rapport Gautrin, en 2011.

Pourtant le budget annuel du gouvernement québécois est d’environ 8 à 10 milliards de dollars. Ce secteur totalise 8 000 entreprises et 120 000 emplois, dont la valeur d’affaires annuelle au Québec est de 25 milliards $. De plus, le numérique est maintenant devenu transversal, c’est-à-dire qu’il modifie toutes les activités humaines et, aussi, toutes celles des 28 ministères.

Un plan numérique

Un plan est une mise en commun des ressources et des pouvoirs au sein d’une société ; cette mise en commun doit être négociée entre les élites politiques et économiques et la société civile qui représente les citoyens (voir 21siecle.quebec). Ceux-ci participent en prenant la parole de différentes façons. Le plan doit viser le bien-être collectif, c’est-à-dire une façon de vivre ensemble.

Les valeurs publiques au Québec

Le plan doit s’appuyer sur certaines valeurs partagées par tous les citoyens :

  • Le citoyen désire participer aux décisions le concernant et, surtout, concernant l’avenir de ses enfants.
  • Le citoyen est prêt à s’impliquer personnellement et concrètement quand cela concerne son environnement proche, où il passe la majeure partie de sa vie.
  • Le citoyen désire qu’on arrête de polluer ses environnements.
  • Le citoyen veut une grande liberté de choix de contenus.
  • Le citoyen tient à sa vie privée et refuse de se faire espionner par des systèmes politiques ou économiques. Il désire utiliser ses réseaux sociaux sans perdre son droit à la vie privée.
  • Il veut une égalité d’accès aux contenus ; égalité autant entre les régions qu’entre les groupes (les aînés par exemple)) ; les services de base devraient être offerts gratuitement.
  • Il pense que les informations recueillies sur son territoire, les données, appartiennent à la collectivité. Qu’elles sont une ressource nationale au même titre que l’eau ; donc qu’elles doivent être ouvertes et traitées selon son consentement.
  • Le citoyen veut qu’on respecte sa langue et sa culture.

Une proposition citoyenne

Le plan se présente sous la forme d’un livre blanc qui est proposé aux élus par les principaux acteurs du milieu. Sa rédaction se fait grâce à une série de rencontres où des intervenants du milieu présentent leurs propositions (chantiers de discussions, groupes de discussions, blogues, commentaires individuels en ligne, etc.)

Il ne s’agit pas de tout mettre en place immédiatement, mais plutôt de doter collectivement le Québec d’une stratégie connue de tous et répartie sur plusieurs années, qui tienne également tenant compte de ce que font les provinces canadiennes et les États américains voisins. Les cinq thèmes sont : le citoyen, la gouvernance ouverte, un modèle économique de proximité, l’Internet et l’information.

Le citoyen

(But : développer une démocratie participative)

Les défis

  • Actuellement, le citoyen québécois ne vit pas une récession, mais une réorganisation de sa société.
  • Comme tous les autres citoyens de la planète, il est confronté à cinq crises qui sont interreliées : économique, écologique, énergétique, géopolitique et générationnelle.
  • Parce que la confiance n’existe plus entre les citoyens et leurs gouvernants, notre société s’est fragmentée. Désormais, elle est incapable de prendre des décisions.
  • De plus, une forte immigration et un métissage culturel diluent les valeurs qui unissaient autrefois les premiers habitants. À un point tel que le Québec vit en ce moment une grave crise identitaire.
  • Comme on l’a constaté récemment, le Québec est divisé en deux : le Québec des régions et le Québec de Montréal.

Les défis des jeunes

  • Ils n’ont accès qu’à des emplois précaires et ont le sentiment de ne pas être des citoyens à part entière. Ils sont inquiets de l’héritage qu’on leur prépare et veulent participer aux discussions.
  • Comment assurer la transition culturelle entre les générations avec des messages qui n’ont que 140 caractères ?

Les actions à étudier

Le citoyen québécois
  • Un dossier d’authentification électronique
  • Un forum jeunesse
  • Un réseau pour les aînés
Le citoyen participatif
  • Un wiki citoyen
  • Une citoyenneté numérique
  • L’émergence de citoyens experts
  • Des forums de discussion autour des initiatives gouvernementales
  • Une politique de financement des organismes communautaires
La culture québécoise
  • Un portail de la vie culturelle québécoise
  • Un site Web dans chaque municipalité
  • Un enseignement à la citoyenneté
Le citoyen du cyberespace
  • Des programmes de R&D via les Livings labs
  • Surveillance des rébellions numériques à venir

La société ouverte

(Pour une plus grande participation citoyenne aux décisions)

Les défis de la gouvernance

  • Le Québec possède de grands atouts :
    • Situé entre les États-Unis et l’Europe, un Québec bilingue possède des atouts majeurs dans le domaine de la création immatérielle, des arts et de la culture.
    • Le Québec est habité par une myriade de groupes communautaires qui ont vécu l’ère des coopératives ; ils pourraient facilement devenir le système capillaire de la nouvelle démocratie s’ils passaient à l’ère collaborative.
  • Montréal (65 % du Québec) est une ville exceptionnelle :
    • C’est la deuxième ville universitaire en Amérique du Nord après Boston. C’est elle qui accueille le plus grand nombre d’étudiants et de chercheurs au Canada.
    • C’est la première destination en Amérique pour l’accueil d’événements internationaux.
    • C’est la cinquième ville au monde pour la gérance de sa diversité culturelle.
  • Le Québec connaît plusieurs handicaps :
    • À cause de sa langue, le Québec est trois fois minoritaire : en Amérique du Nord, au Canada et dans la Francophonie.
    • Pour le citoyen, les 28 ministères sont autant de silos.
    • L’immigration, l’urbanisation et le fossé qui s’est agrandi entre les jeunes générations et les boomers font qu’il y a de moins en moins de culture commune qui nous unit. En se mondialisant, le Québec se dilue ; sa culture s’américanise via les jeunes.
    • Il n’y a pas de connexion à haut débit partout sur le territoire et ce qui existe n’est pas suffisamment à large bande. Le territoire québécois est sous-développé par rapport à l’Amérique du Nord.

Les défis de l’environnement

  • Le Québec va subir un réchauffement de son territoire, donc une multiplication des risques d’incendie, plus de canicules et le dégel du pergélisol dans le Nord. Ses stocks de pêches vont être menacés, ses zones tempérées vont se fragiliser et ses paysages vont se modifier.

Les actions à étudier

L’environnement humain
  • Créer un Conseil national de la citoyenneté et de la démocratie
  • Développer des Open Street Map dans les villes importantes
  • Des rencontres avec de jeunes programmeurs
  • Un réseau d’accès à l’Internet à partir des écoles, des bibliothèques et des centres communautaires
L’environnement administratif
  • Un forum de discussion et de commentaires dans chaque circonscription
L’environnement vert
  • Les énergies alternatives
  • Optimiser les processus de conservation d’énergie dans tous les édifices gouvernementaux
  • Mettre sur pied un site de surveillance des OGM

Le modèle économique de proximité

(Pour une économie plus humaine)

Les défis de l’économie

  • Notre modèle économique en expansion infinie dans un monde fini ne pouvait continuer à fonctionner indéfiniment ; ce modèle est dorénavant sur le respirateur artificiel.
  • Le PIB est devenu inapte à guider, seul, l’ensemble des décisions politiques parce qu’il ne rend compte que des activités économiques.
  • En fait, il existe quatre économies qui se côtoient actuellement : réelle, virtuelle, pirate et mafieuse. Les deux dernières devenant plus importantes lors des crises, comme actuellement, ce qui fausse tous les pronostics.
  • Notre économie est actuellement rongée par la dette, autant celle de l’État que celle des familles.

Les défis de l’économie sociale

  • Cette économie de partage (ou « Shareconomy ») émerge à cause des crises de 2007-2008 et, notamment, de l’apparition des téléphones intelligents et des tablettes numériques qui deviennent des agents de concurrence.

Les actions à étudier

La consommation de proximité
  • Créer l’équivalent d’un « Hydro-Québec » pour l’eau
Les échanges de proximité
  • Encourager les services non monétarisés et l’expérimentation des monnaies alternatives (dons, trocs, carte citoyenne, etc.)
  • Soutenir une économie des communs, c’est-à-dire une économie ouverte
Les actions dans le cyberespace
  • Développer des interfaces multilingues
  • Favoriser l’Open source
  • Utiliser les possibilités du Crowdsourcing
  • La géolocalisation dans les sites gouvernementaux
  • L’approche narrowcasting

L’Internet

(Développer une plus grande présence québécoise dans le cyberespace)

Les défis actuels

  • Pour les élus :
    • un accès mieux organisé aux informations qui leur permettra d’éclairer leurs décisions ;
    • un meilleur dialogue avec la communauté qu’ils représentent ;
    • une plus grande présence interactive sur cette place publique qu’est l’Internet.
  • Pour les fonctionnaires :
    • briser les silos ministériels ;
    • une meilleure communication interministérielle ;
    • la création de nouvelles attitudes vis-à-vis la nouvelle culture organisationnelle en réseau qui se met en place.
  • Pour les citoyens :
    • offrir une plus grande participation aux débats :
    • une meilleure compréhension des rouages gouvernementaux, en particulier des prises de décisions ;
    • mieux organiser la société civile.

Les actions à étudier

Vers l’international
  • Une grappe industrielle pour les TI
  • Une équipe vérifiant l’avancement à long terme de technologies qui pourraient avoir un impact économique à long terme
  • Création d’un centre de support aux nouvelles stratégies commerciales à l’international
  • Préparer l’intégration des produits dérivés via le multiplateforme
  • Les services Cloud (nuage internet)
Vers l’utilisateur québécois
  • Enseigner à tous les citoyens l’interactivité grand public
  • Utiliser des plateformes de jeux comme facilitateur à la formation citoyenne
  • Enseigner le numérique dans les écoles à partir du niveau primaire
  • Préparer les universités à l’arrivée des nouveaux emplois liés au Web 2.0,
  • Un site Web public dédié aux activités législatives
  • Un site Web dédié aux urgences,
  • Le WiFi partout dans les espaces publics
Vers les services gouvernementaux
  • Un accès à un haut débit sur tout le territoire
  • Une analyse comparée entre les coûts des services traditionnels par rapport à leurs coûts électroniques.
  • Une politique de développement des systèmes informatiques gouvernementaux à l’interne
  • Encourager le développement de sites Web avec des plateformes ouvertes et non-propriétaires.
  • Une agence du numérique
  • Un Conseil national du numérique
  • Des portails donnant au citoyen la capacité de lutter contre la corruption aux trois niveaux gouvernementaux
L’intranet gouvernemental
  • Un guichet unique pour tous les services publics
  • Harmoniser tous les réseaux existants pour créer une interopérabilité entre la GRICS (Gestion du réseau informatique des commissions scolaires ), les CÉGEPS, les salles de concert à partir de la GRICS
  • Mettre en place une connectivité Internet à très haute vitesse sur l’ensemble du territoire québécois
  • Préparer la venue de l’Internet des objets
  • Réévaluer les supports physiques des archives ministérielles
  • Un Wiki pour tous les fonctionnaires

L’information

(Pour un meilleur accès et une plus grande crédibilité des contenus)

Les défis actuels

  • L’ère postindustrielle qui débute n’aura plus le capital comme principal vecteur du développement, mais l’information. La société sera donc plus complexe à gérer.
  • Un nouveau pouvoir émerge : l’opinion de l’ensemble des citoyens. Actuellement, les gouvernants ne gèrent plus qu’en fonction de leurs sondages.

Les actions à étudier

Vis-à-vis le Big data (c’est-à-dire les données volumineuses)
  • L’accessibilité des données ouvertes
  • Une plus grande cybersécurité
  • Création de centres pour développer de nouveaux moteurs de recherche, en particulier en langue française
  • Développer des méthodes capables d’offrir des synthèses textuelles et schématiques via des processus de filtrage par contexte
  • Développer une gestion smart des informations non structurées
Pour augmenter sa crédibilité
  • Créer un ordre professionnel pour les journalistes autant Web que papier, c’est-à-dire multiplateforme.
  • Rendre publics les concours gouvernementaux et les soumissions, et les publier par catégories
La productivité gouvernementale
  • Nommer un Diecteur pour l’Information (DPI) au Bureau du premier ministre
  • Élargir le mandat de Télé-Québec comme créateur et diffuseur de contenu, particulièrement en régions.
  • Mettre sur pied un organisme régulateur ressemblant au CRTC fédéral.

Offrir aux Québécois une nouvelle façon de vivre ensemble

sourire

retour à la page d’accueil

ignumerique


A Digital Plan for the Quebec for the 21st Century

A white paper proposed by a group of citizens.

(This text is only a preliminary version.
It is intended to be a starting point for focused reflection)

An action plan by and for citizens

An action plan should be founded on the common values shared by citizens and reflect a renewed social contract that can re-establish confidence for Quebec (outlined below are those common values related to digital issues).

  1. Information is a national resource of the same importance as water.
  2. Citizens have a right to information in the same manner as they have a right to education, health care, etc.
  3. Government information belongs to the state, in other words the ensemble of citizens. Government information should be open and accessible to all (via software and web services .. and that software should be free and open as much as possible).
  4. All citizens of all regions of Quebec should have the equal access to the Internet with respect to speed and cost.
  5. All citizens should have teh same access, in all regions, to informational content and government services online or in other words on the Web because it is become the new public place of the 21st century.
  6. All Quebec’s government ministries should offer citizens their services via one comon portal, or in other words via one single Government of Quebec home page.

Democracy is the form of governmental power whereby the citizens influence public policy and decisions. This has become possible in new and widespread ways due to the emergence and distribution of digital technologies (thus the title A Digital Plan).

In this new environment/set of conditions, the citizen is becoming both a participant and a watchdog in the society. Citizen participation is a form of crowdsourcing developed by citizens exercising greater voice and expression of opinions. This emergent capability is a strategic process which functions as a two-way flow. both bottom-up and in response top-down. In a society the quality of democracy depends upon the quality of the inclusiveness and participation of the process, and thus the quality of the ideas and debates encountered and exchanged in the process.

The Digital Plan for a Society

A plan involves putting into place common resources, capabilities and powers which should be the result of a negotiation between the political and economic elites of a society and the civil society in which they function. Such a plan is oriented towards the development of collective well-being for the members of that society. It is not suggested that everything decided upon for should be put into place immediately but to take advantage of a strategy that is made known to the society and to spread the developments and actions that are called for over a number of years. This means researching an appropriate balance between freedom and an effective economic model.

The Five Pillars of the Digital Plan

A post-industrial society cannot be built using the same mental models and tools which have ushered in the decline of the current industrial-based society. The New World which is emerging will be developed upon and around five key pillars of this emergent society.

The citizen

We must put the human being at the centre of our common reflections and actions, because the human being is at the heart of and is the primary customer of a democratic system.

The open society

We must give back to citizens the primary voice, especially when the decisions taken affect them directly.

An economy based on location and proximity

The infinite globalisation in a finite world is becoming increasingly impossible. We should adopt a new economic models which should be focused on developing spaces and markets that are gional with respect to where people live the majority of their daily lives.

The Internet

Over the past 15 years, the Internet has become the “public place” on a planetary scale where the debate and discussion of all projects of society-building will take place.

Information

The concepts of capital and profit will no longer be the primary vectors of a society’s development, from now on the principal vector will be information; our democracy, our culture and our economy depend upon the quality of the information being used and processed.

We are interested by what happens in the future
because the future is where we will spend the rest of our lives.

Table of Contents

1 – The citizen
1.1 – The citizen of Quebec
1.2 – The particpative citizen
1.3 – The culture of Quebec

2 – The open society
2.1 – The human environment
2.2 – The administrative environment
2.3 – The ‘green’ environment

3 – The economic model of proximity
3.1 – Local/regional consumption
3.2 – Local/regional exchanges/transactions
3.3 – Economic dynamics in cyberspace

4 – The Internet
4.1 – Towards the international
4.2 – Towards the user based in Quebec
4.3 – Towards government services
4.4 – The governmental intranet

5 – Information
5.1 – Vis-à-vis Big Data
5.2 – To enhance/augment credibility
5.3 – Governmental productivity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *