- 21e siècle - http://www.21siecle.quebec -

La citoyenneté numérique

Durant l’ère industrielle, l’identité citoyenne publique se résumait à l’ensemble des documents officiels : le passeport, le testament, le certificat de mariage, les actes notariés concernant l’achat de la maison, etc. (chapitre 7, no 6 [1]) Maintenant, des milliers de morceaux de vie d’un citoyen sont éparpillés sur plusieurs sites Web gouvernementaux ou commerciaux, sans que ceux-ci ne soient suffisamment protégés :

Les outils d’identification personnelle utilisés par les promoteurs sont les cookies, le data mining, les robots de recherche sur le Web, etc. Ceux-ci ont comme effet de nouveaux envahissements de la vie privée : le télémarketing ciblé, le junkmail, les algorithmes nous suggérant quoi acheter et les compagnies de data marketing qui revendent nos informations personnelles à d’autres. Ces envahissements sauvages de la vie privée irritent les citoyens au point où ils vont remettre en questions certains projets dans leur milieu à cause du manque de « transparence ».

Autrefois, l’identité était liée exclusivement au territoire et à la généalogie ; maintenant, le citoyen possède une deuxième identité : la virtuelle, composée des identités personnelle, sociale et professionnelle (chapitre 7, no 6 [1]). Son identité virtuelle est associée à l’historique de sa présence dans le réseau, c’est-à-dire à sa traçabilité numérique. Malheureusement, cette traçabilité pourrait devenir un instrument de contrôle politique entre les mains de certaines corporations et gouvernements, donc réductrice de démocratie.